L'origine

Si le terme hypnose est historiquement récent, cette méthode est pratiquée depuis plus de 4000 ans par des prêtres et des médecins, chez les Sumériens, les égyptiens, les grecs anciens et les chinois.

Paracelse (1493-1541) célèbre médecin suisse parle de « magnétisme animal ».

Franz Anton Mesmer (1734-1779) pratique l’hypnose, il est considéré comme le premier « psychothérapeute » du monde moderne.

Puis se succèdent, Chastenet de Puységur (1751-1825), l’abbé de Faria (1746-1819), J P F Deleuze (1753-1835) et J Choquet qui réussit en 1829, la première ablation d’un sein sous hypnose (bien que le terme hypnose n’existe pas encore).

L’invention du terme hypnose revient au médecin écossais James Braid en 1843.

Puis J Elliotson (1791-1868) utilise l’hypnose à l’hôpital pour les anesthésies. Parker, J Esdaille et aux Etats-Unis, M Prince (1854-1929) et B Rush créent la « société du magnétisme ».

En 1878, le professeur et médecin français Jean-Martin Charcot (1825-1893) réhabilite l’hypnose comme sujet d’étude scientifique.

Freud (1856-1939) pratique l’hypnose lui aussi, pendant un certain temps.

Puis l’hypnose tombe dans l’oublie avec la naissance de la psychanalyse et les progrès de l’anesthésie. Elle revient avec le psychiatre L Chertok (1911-1991).

Enfin, le psychiatre Milton Erickson (1901-1980) créé l’hypnose moderne que nous pratiquons, aujourd’hui, de façon extensive même s’il existe d’autres écoles.